mardi, mai 24, 2005

Relocaliser l'économie, désinformatiser le travail



L’informatique « sauverait » - elle notre économie consumériste de marché d’une crise de débouchés ? A en croire sa capacité à intégrer des ensembles techniques de plus en plus étendus, faits de travailleurs et de machines, il semble bien que ce soit le cas. Les postes de travail informatisés permettent de formaliser toujours plus des activités de plus en plus abstraites et stressantes, pour les travailleurs des multinationales et de leurs sous-traitants. Les échanges électroniques de données permettent d’optimiser des flux logistiques sans égard à leurs conséquences écologiques. Puisant dans les sciences de gestion leur raison économique unilatérale, les managers des firmes font usage de l’informatique comme d’une manière d’accroître la décentralisation des organisations de travail sans en perdre le contrôle, et de relier aussi étroitement que possible les données issues du marketing à celles de la conception et de l’approvisionnement de marchandises.

Les implications écologiques du flux tendu informatisé : l’exemple de la logistique

Loin de se limiter au transport de marchandises, la logistique est certainement la technique la plus aboutie conduisant à une croissance sans limites des échanges.

Pour comprendre la logistique moderne, il faut partir du problème technique suivant : à partir du moment où une marchandise est produite, comment la vendre le plus vite possible ? En effet, toute marchandise stockée pendant une durée donnée est une perte d'argent par rapport à une situation idéale où la marchandise est vendue, puis immédiatement produite, puis immédiatement acheminée vers l'acheteur. Acheminer rapidement une marchandise est un avantage concurrentiel. Car dans une société de croissance suréquipée, l'intérêt des consommateurs pour telle ou telle marchandise ne dure pas longtemps.

Une approche marketing consiste donc à connaître le plus intimement possible les consommateurs, afin de solliciter un besoin d'achat ponctuel qui commandera directement la production de la marchandise.

Les marchandises produites formeront une gamme spécialement dédiée à ce besoin d'achat, existant pendant une durée limitée. Il y a donc intérêt à ne pas perdre de temps dans les transports physiques. La logistique est donc pleinement intégrée non seulement au travail publicitaire d'imposition mentale des besoins d'achat, mais aussi aux techniques marketing délimitant les segments de clientèles et des gammes de produits associées.

Aussi, la précision croissante dans la segmentation des marchés de consommation est concomitante avec une diminution de la quantité de produits vendus pour chaque gamme. D'où l'accroissement phénoménal du transport routier. Au contraire, le transport par rail est peu adapté à ces besoins volatiles de transports de faibles volumes. Il nécessite des plans de transports prévus à l'avance, et les convois doivent être recomposés dans les différentes gares parcourues pour intégrer les wagons.

Le trafic très différencié de petites quantités de marchandises s’est ainsi considérablement développé, avec l’aval des pouvoirs publics qui ont assumé financièrement la construction de l’infrastructure routière. En 1950, le rail transportait les deux tiers des marchandises, contre seulement 15% aujourd’hui, les trois quart étant pris en charge par la route (1) . Pour le consommateur, le prix des produits intègre donc les coûts de transport, qui deviennent prépondérants, quoique masqués par les investissements publics dans les infrastructures routières, et par une main-d’œuvre de conducteurs sous-payés (2) . Le Livre Blanc sur la politique européenne des transports prévoit que les émissions de CO2 dues au transport devraient augmenter d’environ 50 % entre 1990 et 2010, atteignant les 1,113 milliard de tonnes d’émissions, contre les 739 millions constatés en 1990. Le transport routier est le principal responsable de cette situation puisque, à lui seul, il représente 84 % des émissions de CO2 imputables aux transports (3).

Aucun moyen humain, de communication et de traitement de l'information, ne permet de produire aussi rapidement une marchandise correspondant à une demande aussi fragile. Sans l'informatique, une telle politique de flux tendu, de production à la demande, serait impossible. L'existence de ces flux tendus n'est donc pas réductible à une logique managériale capitaliste de réduction des coûts. Les techniques informatiques de mieux en mieux maîtrisées rendent possibles des politiques managériales qui autrement resteraient lettre morte. Combinant décentralisation géographique et contrôle, les organisations sont inévitablement de plus en plus informatisées. La coordination d'une nuée de transporteurs et de lieux d'approvisionnement dispersés géographiquement ne serait pas possible sans l'informatique, machine à intégrer entre eux les systèmes techniques. Ainsi, les techniques de type « échanges de données informatisées » (liaisons EDI) permettent de transmettre en temps réel les commandes aux fournisseurs. Ceci va de pair avec l’exploitation marketing des informations sur le client accumulées sur les ventes des différentes catégories de produits, qui résulte également de l’enregistrement informatique (4) .

L’auto-accroissement des systèmes informatiques justifié par l’exubérance managériale

Pour beaucoup, l’informatique n’est pas en cause dans le processus capitaliste d’accumulation. L’informatique serait un simple outil susceptible d’être utilisé de manière différente suivant les groupes d’utilisateurs. Les techniques ne déterminent pas à elles seules leurs usages sociaux.
Certes, mais pourquoi arrêter le raisonnement à ce stade ? Pourquoi ne pas regarder en face les usages effectifs et massifs de l’informatique ? Pourquoi ne pas prendre en compte les cohérences entre les dispositifs techniques et les ensembles sociaux qui en vivent ? Les visions anhistoriques des technologies de l’informatique, qui dédouanent par avance les techniques sous prétexte de donner une juste place aux hommes et à la vie sociale, ne sont-elles pas tributaires d’une défiance – bien compréhensible – envers ces technologies ?

A l’évidence, l’informatique tisse sans cesse de nouvelles relations entre les entités économiques, coopérant entre elles selon des nécessités purement techniques, largement indifférentes aux valeurs sociales, lorsque celles-ci n’ont pas su participer à l’élaboration du système. L’informatique prolonge la volonté managériale d’administrer unilatéralement et le plus finement possible les organisations, sans perdre la cohésion d’ensemble. La division sociale du travail entre ceux qui construisent et prescrivent ces stratégies managériales (les consultants) et ceux qui les mettent en œuvre dans les systèmes informatiques (les informaticiens), conduit à ce que les logiques d’ensemble soient massivement ignorées par les travailleurs. « L’amour des techniques » est respecté et récompensé sans retenue, à l’heure où les possibilités d’emplois se réduisent. De fait, le fonctionnement effectif d’une économie de croissance peut difficilement se passer de l’habilité technique, fruit d’une socialisation essentiellement masculine. Ce goût des spécialistes pour leurs techniques particulières donne satisfaction à ceux qui savent traduire cet amour en gain de productivité, et sont par là bien mieux récompensés pour un tel « esprit d’entreprise ». Les gains de productivité dégageront des fonds qui permettront de lever un peu loin d’autres vocations du même genre, stimulant de nouveaux flux marchands qui feront ainsi le taux de croissance. Les progrès des technologies informatiques suivent donc une ligne toute particulière, car leur raison d’être relève d’une recherche sans fin de « gisements de productivité », qui elle-même s’essoufflerait si ce type d’innovation venait à ralentir. C’est une telle progression que récapitule le sacro-saint « taux de croissance ».

Pourtant, une autre façon de travailler est possible !…

Alors que nous avons vu l’importance globale de l’informatique dans l’intégration technique des entités économiques, et la mise au travail au sein de ces entités, on peut s’étonner que les questions sociales relative aux technologies informatiques qui pointent occasionnellement dans les débats publics soient au contraire si morcelées. A titre d’exemple, citons la question des brevets logiciels, qui mobilise les critiques des informaticiens du monde du « libre », participant en réalité d’une surenchère technologique que le monopole capitaliste viendrait contrarier. Les termes d’un tel débat sont donc singulièrement limités ! Le droit est simplement sommé de se constituer en technique juridique visant à garantir les « principes fondamentaux d’interopérabilité et de compatibilité », c’est-à-dire à favoriser la croissance sans limite souhaitable des systèmes d’information. Faute d’ancrer la réflexion dans des contextes d’usages précis –comme nous l’avons au contraire fait ici à propos des flux tendus logistiques – aucun débat de fond de peut avoir lieu. Le choix par défaut est celui du consensus productiviste. Les remises en cause partielles qui peuvent éventuellement survenir invitent à des solutions techniques locales, qui loin d’entraver la démesure technologique, la relance.

Or, d’autres façons de vivre le travail sont possibles ! La relocalisation des activités économiques, rendue nécessaire par un usage sobre des ressources énergétiques non renouvelables, demande de défaire ces entités économiques démesurées que sont les multinationales. Les chances de rendre réalisable une telle alternative, et d’autres, dépendront en partie d’un usage tout aussi prudent de l’informatique, compte tenu de sa très large diffusion dans le travail et jusqu’au sein des enseignements scolaires et universitaires. Des enquêtes approfondies et largement diffusées, portant sur l’imbrication d’activités économiques géographiquement éloignées, et les flux tendus informatisés qui en découlent, seraient nécessaires pour créer les conditions sociales d’un large débat démocratique sur la légitimité d’une société de l’information qu’on nous présente systématiquement comme un futur soi-disant inévitable. Informaticiens et décideurs doivent ainsi réfléchir sur le genre de civilisation que leurs activités professionnelles tendent inexorablement à construire.


Deun

_

(1) Ariane Verderosa, Trains de vies. Enquête sur la SNCF d’aujourd’hui, Autrement, 2004, p. 206.
(2) Si les chauffeurs étaient payés au taux horaire du SMIC, il s’ensuivrait une augmentation du prix de toutes les marchandises, produits de consommation et une hausse globale du coût de la vie en France d’environ 12%, ce qu’un gouvernement n’a été disposé à accepter ces 25 dernières années. Depuis un demi-siècle, les revendications des chauffeurs salariés concerne la prise en compte du nombre d’heures travaillées et leur taux de rémunération. Bruno Lefebvre, « Espaces professionnels et flux tendus », Actes de la recherche en sciences sociales, n°114, 1996, p. 82-83.
(3) Livre Blanc « La politique européenne des transports à l’horizon 2010: l’heure des choix », Commission Européenne, 2001, p. 16. [http://europa.eu.int/comm/energy_transport/fr/lb_fr.html consulté le 24/05/05]
(4) Nathalie Besucco, Michèle Tallard, Christian du Tertre, Pascal Ughetto, La relation de service : un nouveau modèle de travail en tension, Rapport pour le ministère de la Recherche, Mai 2002, p. 44. [
www.travail.gouv.fr/etudes/pdf/relationservice.pdf consulté le 24/04/05]

1 Comments:

Blogger Ig said...

Bjr, Je partage globalement les constats et l'objectif de relocalisation, de "délibéralisation", mais ne saisis pas bien comment y parvenir à l'aide d'une utopie qui prône la casse de l'outil informatique et la logique de réseaux mondialisés. Comment s'y prendrait-on ? Il faut à mon sens davantage s'attaquer aux usages qu'autorise le modèle économique actuel (et en ammont s'attaquer au modèle), qui fait appel à une réflexion sur les valeurs et à une ethique qui pourraient demain retourner la tendance, avec les outils de développement (dans mon esprit, le concept de décroissance, encore flou car "jeune", ne doit pas être anti-développementaliste...) et non contre eux. D'accord pour en finir avec le productivisme, dans la mesure où nous produisons actuellement plus, à l'échelle de la planète, que les besoins de la population mondiale. On voit bien que le problème est ailleurs. A ce stade de ma réflexion (loin d'être aboutie...), la logique distributive doit pouvoir trouver des traductions dans des modèles alternatifs.
Merci et bonne continuation,
Ig

12:09 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home